Changez de banque, pas de partenaire !

La réalité est terrible : les français changent davantage de partenaire que de banque. Pourtant, cela devrait être l’inverse ! Changer de partenaire devait (enfin je l’espère pour vous), arriver peu fréquemment alors que la multiplicité des banques et des offres devraient nous inciter à changer de banque. Il n’est est rien. Explications.

Pour remédier au fait que seuls 3 % des clients changent d’établissement bancaire chaque année, la loi Macron va faciliter la mobilité bancaire afin d’«accroître la concurrence dans le secteur et faire baisser les tarifs au profit des clients».

 

L’on sait tous que changer de banque nécessite un courage administratif hors norme et cet obstacle nous freine pour entamer les démarches. Pourtant, nombreux sommes-nous à nous plaindre du manque de réactivité de notre banque par exemple, ou encore du cout des services qu’elle nous facture.

 

Plusieurs explications sont possibles :

  • posséder un crédit (personnel ou immobilier), une assurance-vie ou des comptes d’épargne règlementée, favorise la sédentarité du client et de son compte courant bancaire qui sert de pivot aux opérations de prélèvement et de virement. En effet, les clients particuliers des banques détiennent chacun environ 7 produits bancaires (y compris le compte principal), dont le fonctionnement est souvent attaché au compte bancaire.
  • la lourdeur du changement des domiciliations (virements, prélèvements) et les risques d’erreurs lors de ce changement (avec les chèques, en particulier)
  • le manque d’information sur l’existence du service d’aide à la mobilité bancaire : depuis 2004, toutes les banques françaises ont l’obligation de proposer à leurs clients un service d’aide à la mobilité bancaire. Ce service gratuit prend en charge le transfert des opérations (virements, prélèvements…) et s’occupe de prévenir les organismes concernés.
  • les coûts du changement d’établissement : frais de fermeture, de transfert, de rachat de contrat ou de sortie anticipée, de réexpédition
  • le temps à y consacrer : plus la démarche de changement d’opérateur sera complexe, moins l’on a tendance à engager les démarches.
  • plus le temps que le consommateur devra y passer sera important
  • enfin, l’idée ne vient pas à l’esprit facilement, tout simplement J

banque

Et vous, avez-vous pensé à changer de banque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Les placements bancaires
compte-chèque
Comptes de trésorerie : faites quelques chose…

Les comptes de trésorerie sont les livrets sur lesquels nous recevons notre salaire, déposons notre épargne (si l’on n’est pas...

Fermer